Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Parlons Musique Support

Parlons Musique Support

La ou la musique prime, une espace de promotion pour les musiques haïtienne tel que le rap, le compas de Nemours Jean Baptiste, le racine d'Haïti

Trente-cinq Zile

Trente-cinq Zile
Trente-cinq Zile

La musique comme arme: Une compréhension de l'oeuvre de Trente-Cinq Zile.

Kiyès k ap konte 
Kantite mak kou ki nan bra m
Kantite mak klou ki nan vwa m
(Trente-Cinq Zile)

"Rap la pa pi mal", voilà une assertion que beaucoup porte sur leurs lèvres depuis un bon bout de temps. Raison: la sortie de plusieurs titres qui redonnent au Rap ses lettres de noblesse. Le dernier en date est LiberAksyon, proposé, il y a quelques jours, par Trente-Cinq Zile. Voix rauque, mélodie entraînante, énergie à bout de pores, le tout mis en relation pour faire de ce titre un cri de guerre.

LiberAksyon répond à l'interpellation de Jacques Roumain qui veut que l'art soit action. En effet, dans son célèbre essai "la Poésie comme arme", Roumain soutient que la poésie -l'art en général- est loin d'être une spéculation idéaliste. Elle puise son essence dans la réalité historique qui la produit. Et, de ce fait, il faut finir avec la prétendue liberté de l'auteur -musiciens, poètes, etc.- de se cacher dans les nuages. De ce point de vue, l'oeuvre d'art,  quelque soit sa nature, doit être une pierre en plus dans la construction d'un ordre social égalitaire. Si l'artiste se perd dans ses idées, ce n'est pas parce que l'art est, par essence, un maniement de mots dans l'irréel, mais parce qu'il a fait un choix essentiellement politique.

Trente-Cinq Zile est de ceux qui font de la réalité leur source d'inspiration, le pivot de leur production. Ses mots sont le reflet de ce qu'il vit, de sa rage. Chaque note est l'echo de sa vision du monde, de ses engagements, de sa conviction. Il choisit son camp. Entre Rap Vodou et Rap Politik, sa plume tournoie et crache. Avec Trente-Cinq Zile, il y a toujours une chose à apprendre, il y a toujours un mot à dire. Loin de lui les textes steriles et sterilisants!

La situation actuelle du pays donne lieu de se questionner, de se positionner et enfin d'agir. Comment est-ce que la musique puisse participer à ce grand questionnement sur la vie, sur l'homme? Voila l'interrogation qui mène les oeuvres de Trente-Cinq! 

On peut soutenir que le  Rap - la musique en générale- est l'un des nombreux moyens permettant de faire passer des frustrations; de partager une idéologie. Il a la capacité de créer des liens, de faire circuler une énergie entre deux corps.  Trente-Cinq a su profiter de cette opportunité. La vision: essayer de créer, à partir de ses oeuvres, une masse critique apte à comprendre le système économique (politique) en place et de le remettre en question. Il s'en prend à tout/tous: l'Etat, la presse, les grandon-bourgeois, le système éducatif. La logique: "Jenerasyon ogouferay pa dwe mouri san pale".

À partir de cette société basée sur la négation de l'humain, il a compris que l'artiste ne peut se déporter de sa mission fondamentale qui est de forger les consciences. Il lui faut donc trouver une formule le permettant de mener à bien cette mission. Et, inévitablement, la meilleure façon passe par une prise de conscience première de l'artiste lui-même. Du coup, il est question de faire des choix: se prostituer en tant qu'artiste ou se rebeller. Se rebeller face à un marché artistique, face à la presse, face à des ambassades, etc.

Mobilisant sa connaissance assez intéressante de notre histoire de peuple, Trente-Cinq a su embrasser à coeur ouvert la rébellion. Il la connait! C'est cette partie la plus profonde de nous tous. Notre nature! Il a compris que rien ne peut se faire dans le mépris de notre identité. De ce fait, il propose un retour à la source, donc, une compréhension et une adoption de l'expérience de  la nuit du 14 août 1791.

Rare sont ceux qui, à l'instar de Trente-Cinq, ont pu se forger une orientation politique et ne pas tomber dans le mythe de l'art comme reflet de l'esprit n'ayant rien à voir avec le concret. C'est cette particularité essentielle qui fait de l'oeuvre de Trente-Cinq une autre espèce, un outil de lutte, une chanson de la révolution qui, chaque jour, sans cesse, prend forme à l'horizon.

Quatre mois après la sortie officielle de son dernier album "Memwa yon Simidò", qui se voulait, entre autres, académique, il travaille déjà sur "Booknam 2", qui, cette fois, sera une provocation. En attendant, il y a intérêt de s'immerger dans cet univers combien vaste et inspirant qu'est l'oeuvre de Trente-Cinq Zile.

Frantz-Guy Clstg Célesting;
25 février 2017.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article